Accueil > Archives > 05 - 2003 > Doctrine de l’Église et sensibilité wojtylienne
SACRAMENTS
Tiré du n° 05 - 2003

La quatorzième encyclique de Jean Paul II

Doctrine de l’Église et sensibilité wojtylienne


La quatorzième encyclique de Jean Paul II


par Gianni Valente


Soixante-douze pages divisées en cinq chapitres plus une introduction et une conclusion pour un total de soixante-deux paragraphes. Tels sont les chiffres de l’encyclique Ecclesia de Eucharistia. La quatorzième encyclique écrite par Jean Paul II, presque vingt-cinq ans après son accession au trône pontifical, porte la date du 17 avril 2003, jour qui a coïncidé dans le calendrier liturgique de l’Église de Rome avec le jeudi saint. Le paragraphe 9 indique la série de documents et de définitions du magistère dans le sillage desquels se situe le nouveau document: les décrets doctrinaux sur la très sainte Eucharistie et sur le très saint sacrifice de la messe promulgués par le Concile de Trente et les trois encycliques pontificales: Miræ caritatis de Léon XIII (28 mai 1902), Mediator Dei de Pie XII (20 novembre 1947) et Mysterium fidei de Paul VI (3 septembre 1965). Les caractéristiques de la sensibilité wojtylienne se laissent entrevoir surtout dans la longue introduction et dans la conclusion. Dans cette dernière, le Pape fait allusion à sa première messe célébrée le 2 novembre 1946 dans la crypte Saint-Léonard de la cathédrale du Wawel à Cracovie. Et il témoigne de sa foi dans la très sainte Eucharistie en ces termes: «Il est grand ce mystère, assurément il nous dépasse et il met à rude épreuve les possibilités de notre esprit d’aller au-delà des apparences».
G. V.



Italiano Español English Deutsch Português